vendredi , juin 25 2021
Home / ACTUALITÉS TOURISME / Transport touristique en crise : La FNTT présente ses revendications à El Otmani

Transport touristique en crise : La FNTT présente ses revendications à El Otmani

Gel des dettes, application d’un taux d’intérêt unifié, exonération fiscale, et arrêt immédiat des procédures judiciaires initiées par les banques… Voici les revendications de la Fédération nationale du transport touristique au Maroc, présentées au Chef du gouvernement, ce mercredi 26 mai.

La Fédération nationale du transport touristique au Maroc (FNTT) continue d’alerter sur les difficultés du secteur dues à la multiplication des procédures judiciaires, initiées par des banques ou sociétés de leasing, en vue de la restitution de leurs véhicules.

Dans ce sens, la FNTT est allée à la rencontre du Chef du gouvernement, Saâdeddine El Otmani, ce mercredi 26 mai, dans le but de demander son intervention auprès de Mohamed Benchaâboun, ministre des Finances, qui “ne réagit à aucune des sollicitations de la fédération”, comme l’affirme Mohamed Bamansour, secrétaire général de la FNTT.

« Nos entreprises vont finir par couler à ce rythme »

Selon M. Bamansour, “la ministre du Tourisme a été réactive”. Elle a reçu les membres de la FNTT à plusieurs reprises et a organisé deux rencontres, avec les parties concernées, présidées par le secrétaire général du ministère et “en présence du directeur général du Groupement professionnel des banques du Maroc, également signataire du contrat-programme 2020-2022 (de soutien et relance du tourisme, ndlr)”.

“Il s’est engagé, auprès de nous, à mettre en place une formule unifiéequant au report des échéances de crédit, mais il n’a pas respecté son engagement”, indique M. Bamansour.

Ce dernier rapporte que chaque établissement de crédit agit selon les conditions qui l’arrangent, dans le cadre des reports des échéances de crédit.

“Certains prétendent ne pas avoir pris connaissance du contrat-programme, d’autres acceptent de reporter les échéances de crédit à condition d’appliquer, chaque 3 mois, le taux d’intérêt avec lequel le crédit a été accordé. Celui-ci peut atteindre 10 voire 14%. C’est une montagne de crédits à laquelle devront faire face nos entreprises. Elles finiront par couler à ce rythme”, poursuit-il.

La FNTT indique avoir également demandé l’intervention de la banque centrale qui “s’est contentée de transmettre nos réclamations aux établissements bancaires et de nous transmettre, par la suite, leurs réponses qui ne correspondent pas à la réalité puisque le report de crédit avec des intérêts ne s’aligne pas avec les mesures du contrat-programme. De plus, ils occultent les procédures judiciaires initiées à l’encontre des transporteurs touristiques”.

Ces procédures se poursuivent malgré les multiples réclamations de la fédération. Selon M. Bamansour, “des transporteurs continuent d’être convoqués aux tribunaux, sachant que dans 70% des cas les convocations sont envoyées à leurs bureaux qui sont fermés faute d’activité”.

“Seuls ceux qui, via le portail Mahakim.ma, prennent connaissance des procédures initiées à leur encontre et ont recours à un avocat arrivent à se défendre. La moitié d’entre eux arrivent même à obtenir gain de cause, mais les juges ne tranchent pas automatiquement en notre faveur, même si les conditions actuelles sont claires; les frontières sont fermées, l’activité est paralysée et nous ne pouvons pas compter sur les touristes locaux, car ils se déplacent dans leurs voitures personnelles. Nous sommes les seuls oubliés de cette crise”, martèle M. Bamansour qui ne manque pas d’attirer l’attention sur l’impact psychologique de ces procédures, cumulées à l’effet de la crise financière.

La FNTT revendique « des solutions concrètes » 

La FNTT propose et réclame le gel des dettes des entreprises de transport touristique jusqu’à fin 2021, assorti d’une garantie de la CCG “pour retrouver un minimum de confiance” suite au comportement “non-éthique” des établissements de crédit “qui ne respectent pas l’article 7 du contrat-programme”.

“Nous demandons des solutions concrètes et leur sérieuse application. Dans ce sens, le GPBM doit communiquer, de manière claire, sur nos droits et obligations, conformément à ce qui a été prévu dans le contrat-programme 2020-2022”, poursuit le secrétaire général de la fédération.

La FNTT appelle, par ailleurs, à l’exonération fiscale exceptionnelle au titre des années 2020-2021, au profit du secteur du transport touristique et demande à bénéficier du fonds de soutien du ministère du transport qui profite notamment aux taxis et transporteurs de marchandises mais pas au transport touristique.

Autre requête majeure formulée par la FNTT: l’arrêt immédiat des procédures judiciaires à l’encontre des entreprises de transport touristiques et son personnel.

Toutes ces demandes ont été adressées au Chef du gouvernement lors de la rencontre du 26 mai avec la FNTT qui a insisté sur son intervention auprès du ministre des Finances pour mettre un terme à la tourmente dont souffrent les 1.640 entreprises que compte le secteur.

Médias24 - Journal économique marocain en ligne

Vérifiez également

Communiqué du 14 juin 2021

Conformément aux Hautes Instructions de Sa Majesté Le Roi que Dieu le Glorifie, La Fédération …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *