jeudi , septembre 23 2021
Home / ACTUALITÉS TOURISME / 1re rencontre sur le tourisme Sino-Marocain

1re rencontre sur le tourisme Sino-Marocain

OBJECTIF : 500.000 TOURISTES EN 2022 

Les professionnels du tourisme tablent sur l’arrivée de 500.000 touristes chinois à l’horizon 2022 et 1 million au-delà. Des ambitions réalisables depuis la suppression des visas pour les chinois. La percée est perceptible mais il en faut plus pour atteindre ces objectifs. Plusieurs obstacles doivent être surmontés pour réaliser de bons chiffres, en autre la langue, une meilleure promotion de la destination Maroc et surtout des vols directs.

la 1re rencontre sur le tourisme sino-marocain organisée par le Secrétariat d’État au tourisme en partenariat avec la Confédération nationale du tourisme (CNT), l’Ambassade de la République populaire de Chine et l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) a permis au 42 tour- opérators chinois quiç ont fait le déplacement de voir de plus près les réalisations accomplies en matière d’infrastructures et de richesses touristiques de notre pays. Une démarche qui intervient dans le cadre de la mise en œuvre des dispositions du Mémorandum d’entente en matière de tourisme signé en marge de la visite du roi Mohammed VI en Chine en mai 2016. Une visite royale qui avait d’ailleurs permis de relancer le tourisme avec la Chine grâce à l’annonce de la suppression des visas pour les touristes chinois en visite au royaume. Le séminaire organisé par le département du Tourisme a été bien accueilli par les opérateurs de part et d’autre. En effet, les chiffres relatifs aux arrivées des touristes chinois sont encourageants et plaident pour le renforcement des structures d’accueil et de transport. Le nombre des touristes chinois dépassait à peine 3.500 en 2005. Un chiffre qui a timidement progressé entre 2005 et 2015 à un rythme de 600 touristes supplémentaires annuellement. «En dix ans, le nombre de visiteurs avait donc atteint 10.000 clients et n’a pas changé jusqu’en mai 2016 », explique Said Mouhid, président de l’Observatoire du tourisme. C’est ainsi que le nombre de touristes a progressé de manière fulgurante, atteignant 43.000 clients soit 33.000 touristes de plus en seulement six mois.«Aujourd’hui, sur les 9 premiers mois de l’année 2017, nous avons déjà enregistré 78.000 arrivées», affirme Lamia Boutaleb, secrétaire d’État au Tourisme. Il s’agit d’une progression de plus de 250%, ce qui en fait l’un des taux les plus forts au départ de Chine cette année. «Un trend haussier qui génère 125.000 nuitées sur les 8 premiers mois de l’année 2017», explique Mouhid car il s’agit bien de l’une des particularités des touristes chinois, ces derniers passent en moyenne plus de 7 jours dans les différentes villes du royaume. «Une aubaine pour les professionnels car cette durée de séjour nous permet de développer plusieurs produits au profit de cette clientèle», précise Abdellatif Kabbaj, président de la CNT. Les touristes chinois sont d’abord intéressés par des villes comme Casablanca (36% des nuitées), Marrakech et Ouarzazate (14%) ou encore Fès et Chefchaouen (10%).

Les chinois sont friands de shopping

Autre grande particularité du touriste chinois, il s’agit d’un grand fournisseur de recettes touristiques. 69% des Chinois s’installent dans des hôtels de 4 ou 5 étoiles. Ils sont également friands de shopping de luxe (30% du budget global) et sont de grands consommateurs de gastronomie locale et de produits artisanaux. «Il s’agit du touriste le plus dépensier au monde avec un budget d’environ 1.400 dollars en moyenne par rapport à 600 dollars par touriste en Europe», explique Boutaleb. «Selon nos études, les touristes chinois viennent au Maroc à la recherche d’une expérience leur permettant d’améliorer leur perception de la qualité de la vie. Nous comptons sur les TO marocains pour faciliter l’intégration et créer des conditions plus attirantes pour le touriste chinois», souligne pour sa part Li Li, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République démocratique de Chine.» Pour A.Kabbaj, le président de la CNT, il s’agira principalement d’adapter les liaisons aériennes et les outils de promotion à l’ambition du royaume et à la réalité du marché chinois. L’ouverture de vols directs entre la Chine et le Maroc est d’ailleurs une demande récurrente. Le Maroc est pratiquement absent du radar à ce niveau. RAM n’assure que des dessertes via des partenariats avec d’autres compagnies, notamment Qatar Airlines avec des billets de bout en bout. «Sur les 12 derniers mois, le Maroc a accueilli 90.000 passagers toutes compagnies confondues. Sur ce total, RAM avec ses partenaires a transporté 25.000 passagers, soit 30% de parts de marché», précise Habiba Laklalech, directrice générale adjointe de RAM. Les dessertes de RAM assurent une fréquence de 12 vols par semaine. «Nous avons l’ambition d’aller encore plus loin», promet Laklalech.

 

Une concurrence acharnée 

Le Maroc n’est pas le seul pays de la région à vouloir capter le potentiel touristique chinois. La Tunisie et l’Égypte, entre autres, sont sur le coup. De nombreux autres pays ont également offert des suppressions, sinon des facilités de visas aux clients chinois. Selon une étude menée par l’Institut chinois sur le tourisme, le Maroc devra présenter d’autres atouts et répondre aux demandes des voyageurs pour espérer en capter plus. Surtout que moins de 10% des Chinois disposent aujourd’hui d’un passeport. Il s’agit notamment de renforcer la dimension shopping et de proposer une ligne aérienne directe. «Les touristes chinois profitent de périodes de fêtes courtes et visent donc à réduire le temps de vol et de voyage nécessaire à profiter de la destination», souligne Minjuan Deng-Westphal, directeur de la recherche au sein de l’Institut chinois sur le tourisme. Cette dernière appelle également à mieux couvrir le territoire chinois et ne pas se concentrer sur Pékin ou Shanghai, mais viser les autres régions économiques qui disposent du profil du touriste idéal pour le Maroc.

Vérifiez également

Hôtellerie: à l’agonie, les professionnels interpellent le gouvernement

La Fédération nationale de l’industrie hôtelière (FNIH) lance un «S.O.S de survie» de toutes ses …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *